ZAPRASZA.net POLSKA ZAPRASZA KRAKÓW ZAPRASZA TV ZAPRASZA ART ZAPRASZA
Dodaj artyku³  

KIM JESTEŒMY ARTYKU£Y CIEKAWE LINKI 2002-2009 NASZ PATRONAT KRONIKA KRAKOWA DZIŒ W POLSCE

Inne artyku³y

The Jew That Had To Die 
22 wrzesieñ 2010      przys³a³ ICP
Precz z antybolszewikami 
8 styczeñ 2017     
Kto to jest populista? 
21 lipiec 2015      Artur £oboda
Chrystus Pan zmartwychwsta³-anonim, kancjona³ stani¹tecki, 1586  
25 marzec 2016     
Milczenie jest zlotem 
20 padziernik 2010      Goska
Bin Laden vs Bush Acciording to Wikipedia 
7 padziernik 2011      Iwo Cyprian Pogonowski
Ho³ota i ¿ydoho³ota (3) 
10 maj 2013      Artur £oboda
Co zrobiæ - by Polska w koñcu zaczê³a siê rozwijaæ? 
19 maj 2015      Artur £oboda
Uran 
15 padziernik 2010      Goska
Dzieci Zamojszczyzny 2012 
28 czerwiec 2012      Artur £oboda
Odezwa do Polaków 
5 lipiec 2010      Artur £oboda
Dzieci zbrodniarzy 
9 luty 2013      Artur £oboda
Szeœæ sposobów na które starzy wychujali m³odych 
4 wrzesieñ 2014      www.polskawalczaca.com
Rozmowa z El¿biet¹ 
10 luty 2011      Artur £oboda
Dobrymi chêciami jest w kulturze piek³o wybrukowane 
1 grudzieñ 2015      Artur £oboda
Dla nich jesteœcie idiotami 
10 lipiec 2015      Artur £oboda
Wydarzenia na Bliskim Wschodzie nie s¹ dla Polaków ¿adn¹ nauk¹ 
1 luty 2011      Artur £oboda
Filozofia nienawiœci rasowej 
5 listopad 2015      Artur £oboda
Eugenika kultury (1) 
5 luty 2015      Artur £oboda
Cud nad urn¹ te¿ we Francji 
8 maj 2017     

 
 

La polonophobie allemande

Dans toute l'histoire de la Pologne, il y a eu peu de cas où ce Peuple a assailli les autres pour en avoir des profits. En effet, ces phénomènes ont eu lieu uniquement au début de l'existence de la Pologne quand on suivait toujours les coutumes païennes.
L'expansion territoriale de la République des Deux Nations (formée par la Pologne et la Lituanie pendant la periode 1569 - 1795) a pris la forme d'une république fédérale aristocratique (en Pologne) qui était très attirante pour les autres peuples.
Le film russe "1612" montre la participation de l'armée polonaise à la lutte interne en Russie pour la succession au trône moscovite. Cette action n'était pas une forme d'occupation mais la façon d'établir les liens politiques avec les pays voisins de la Pologne. Pendant ce temps, le roi polonais Sigismund III Vasa avait une juste revendication au trône moscovite...

En 1919, la Pologne s'est replongée après 120 ans dans l'occupation et elle a occupé Kiev - pour aider les Ukrainiens à la formation de leur propre pays.
Après avoir occupé Kiev, les Polonais ont transmis le pouvoir à Semen Petlura, un nationaliste ukrainien. Par ce fait, le chef d'état polonais a voulu créer une Ukraine indépendante pour restreindre le pouvoir du pays bolchévique et éloigner la Pologne de la Russie bolchévique. (1)

Les Polonais n'ont jamais eu l'intention de posséder les territoires, et pour cela, la Pologne était un grand problème pour Hitler parce qu'il avait de grands projets de la conquête de l'Europe liés à la Pologne.
Dès le début de sa dictature (en 1933), Hitler a proposé plusieurs fois à la Pologne la participation à la guerre contre la Russie et une division postérieure des butins.
Le maréchal de la Pologne, Józef Pi³sudski, en réponse à cette proposition, a proposé au gouvernement français une occupation préventive de l'Allemagne et le retrait d’Hitler du pouvoir.
Mais les Français ont rejeté cette proposition.

Józef Pi³sudski est mort en 1935. Lors des funérailles, de nombreuses délegations de toute l'Europe étaient présentes, y compris celle de l'Allemagne qui a répété sa proposition de la participation de la Pologne au pacte antikomintern (signé en 1936) le lendemain des funérailles.
Le ministre des affaires étrangères de la Pologne, Józef Beck, a rempli le testament politique du maréchal décédé et a trompé les Allemands tant que c'était possible.
Cette année-là, en 1935, après la remilitarisation de l'Allemagne faite par Hitler et interdite par le Traité de Versailles (1919) il a proposé au gouvernement de la Belgique une attaque commune contre l'Allemagne.
Les Belges - comme l’avaient fait les Français - ont refusé aux Polonais leur aide pour refouler le nazisme.

Même si l'Allemagne d'Hitler avait une rhétorique anti-russe manifeste, elle a collaboré avec Staline dans plusieurs domains différents.
Puisque le Traité de Versailles a interdit aux Allemands de posséder certains types d’armes et de formation militaire, ils achetaient leurs armes à l'URSS (l'Union des républiques socialistes soviétiques).
En 1936, Hitler n’a pas respecté les décisions du Traité de Versailles et il a renouvelé l'armée allemande. En cette année-là, elle comptait déjà 3,9 millons de soldats.

En possédant une si grande armée, Hitler a commencé à racketter plus violement le gouvernement de la Pologne.
Même après l'occupation de la Tchécoslovaquie par Hitler en 1938, le gouvernement de la deuxième république de Pologne a renoncé à la collaboration avec Hitler.
Bien qu'Hitler ait eu la colonisation de la Russie pour but principal, en août 1939, il a signé avec Staline. Le Pacte germano-soviétique (Pacte Molotov-Ribbentrop, officiellement Traité de non-agression entre l'Allemagne et l'Union soviétique) pour des raisons tactiques. Dans un protocole secret, ils ont planifié les détails du partage du territoire de la Pologne qui aurait eu lieu après la destruction totale de la Pologne par l'Allemagne et l'URSS.
Les Polonais n'ont pas voulu conquérir la Russie avec Hitler. Mais Staline n'a eu aucune objection pour collaborer avec ce scélérat et en retirer des butins de guerre.
Cette pénible décision de Staline lui a coûté une grand somme - finalement les Allemands ont commencé leur conquête de l'Est.

Tous les pays européens étaient menacés par le peuple allemand aveuglé par le nazisme.
Le gouvernement de l'Angleterre s'est rendu compte de cette menace croissante. Et pour cela, en 1939, il a signé avec la Pologne l'accord de l'aide militaire mutuelle en cas d'agression contre un de ces deux pays.
Par cet accord, les Anglais avaient pour but de diriger l'agression hitlérienne contre la Pologne et grâce à cela - pour avoir du temps de se préparer à la guerre.
L'Alliance militaire anglo-polonaise a obligé l'Angleterre et la Pologne à une aide militaire immédiate en cas d'agression contre l'un des ces pays.
En 1939, la Pologne avait une frontière très défavorable avec l’Allemagne. En pratique, elle était entourée par son ennemi de trois côtés. Et la capitale polonaise, Varsovie, se trouvait à quelques minutes de vol des aéroports allemands.

Pour éviter un nombre plus grand de morts, le gouvernement de la Pologne envisageait la capitulation. C'était après de très forts bombardements sur Varsovie et d’une interruption des contacts militaires.
En discutant avec les Anglais sur un assujettissement potentiel, le gouvernement de la Pologne a compris que les Polonais ne pouvaient pas s'assujettir parce que "l'armée britannique venait déjà en aide et les brigades britanniques luttaient déjà à la Westerplatte (au port de Gdañsk)".

Ce mensonge perfide des Anglais a provoqué un développement d'une politique de trahison des alliés envers la Pologne. Et la mort d'une centaine de milliers de soldats et de civils a été l'effet postérieur de ce mensonge.
En 1939, après avoir occupé la Pologne, Hitler voulait se servir des Polonais en les utilisant comme une armée de 1,5 millions de soldats qui participerait à son attaque contre l'URSS.
Pour cela, il voulait profiter d'un conflit existant parmi les élites politiques polonaises.
Le gouvernement de la République de Pologne en exil, formé en 1939, se composait de l'opposition contre la politique "d'assainissement" (pol. Sanacja) qui avait lieu avant la Seconde Guerre mondiale en Pologne.
Ce nouveau gouvernement a complètement exclu des politiques d'assainissement de la vie politique.
Hitler a voulu profiter de cette expulsion d'officiers d'assainissement et les engager à la guerre contre la Russie.
Pour atteindre son but, il a organisé quelques manifestations politiques qui servaient à abrutir les Polonais.
Un des exemples d'une telle manifestation était la présence de la garde d'honneur allemande devant le sarcophage du maréchal Pi³sudski dans la cathédrale du Wawel à Cracovie. Il y a des photos prouvant cet événement. Mais les Polonais n'étaient pas suffisamment crédules bête pour croire à ces manipulations.

Pendant que dans les pays conquis par les Allemands on a créé des gouvernements collaboratifs, en Pologne c'était le gouvernement polonais en exil qui était le seul accepté par les Polonais. Ce gouvernement s'est déplacé à Londres après l'échec de la France.
Il n'y a eu aucune forme de collaboration entre le gouvernement polonais et les nazistes.
Seul quelques personnes se sont mises d'accord avec les Allemands mais ils l’ont payé cher.

Avant la Seconde Guerre mondiale en Pologne, on a créé une organisation d'adolescents qui s'appelée le Camp national-radical. Elle voulait s'inspirer du modèle du fascisme italien. Un de ses buts principaux était la lutte contre le nationalisme juif qui existait dans le cadre d'organisations sionistes et qui ressemblait beaucoup au nazisme.
Malgré plusieurs essais du côté allemand pour avoir l'aide des Polonais dans la lutte contre la Russie, aucune organisation polonaise n'a collaboré avec l'Allemagne. (2)
Les nationalistes, qui agissaient avant la Seconde Guerre mondiale se sont engagés à sauver les Juifs pendant l'Holocauste (le Shoah) et plusieurs parmi eux ont été tués par les Allemands, et ce sont les patriotes polonais, faussement appelés les "nacionalistes", qui ont créé "la Commission d'Aide aux Juifs" sous le nom de code "¯egota". Elle sauvait les Juifs qui se cachaient principalement dans des couvents catholiques et parmi des familles polonaises. Plusieurs parmi ces patriotes ont été tués plus tard.
Les Allemands n'ont réussi à former aucune unité militaire composée des Polonais collaborant avec eux.
Dans les brigades d'assaut de Waffen SS il y avait des groupes représentants tous les pays européens sauf la Pologne, la République tchèque et la Grèce.
Tous les autres pays européens étaient représentés dans cette structure criminelle. En plus, une brigade française de SS a défendu Hitler jusqu'à la fin de sa vie.

Les Allemands ont planifié la conquête territoriale et ils voulaient utiliser les Polonais comme leur cible. Ils croyaient qu'il serait facile de diriger la société polonaise qui n'avait plus son élite intellectuelle. C'est pour cela que les Allemands ont réalisé leur projet d'extermination de la culture polonaise dès le début de l'occupation. Et aussi, ils ont réalisé leur processus de la démoralisation de la société polonaise par l'intermédiaire de la presse et des films.
Les Russes avaient le même but - ils ont voulu l'atteindre en assassinant l'élite intellectuelle polonaise.
La Pologne était le seul pays européen qui ne s'est pas déshonoré en collaborant avec Hitler. Ce peuple a été trahi plusieurs fois par ses alliés, en octobre 1939, le gouvernement de la deuxième république de Pologne a été trahi par la France et l'Angleterre de sorte que la Russie l'a astucieusement attaqué.
En novembre 1943, le gouvernement polonais en exil a été trahi par ses alliés à la Conférence de Téhéran après laquelle la Pologne est restée uniquement sous l'influence de Staline.
La conférence de Yalta (en février 1945) et la conférence de Potsdam (en juillet 1945) étaient l'accomplissement de cette trahison.
L'échec de l'Allemagne à l'Est n'a pas été seulement le mérite des Russes.
Les Polonais ont détruit un grand nombre de la fourniture militaire allemande qui n'est jamais arrivée au front.
Les soldats de l'armée clandestine polonaise comme les civils ont été fusillés en représailles par les Allemands.
En mars 1944, Hitler a écrit une opinion très étonnante à propos des Polonais :
"Les Polonais sont la plus intelligente nation parmi celles avec lesquelles les Allemands se sont confrontés pendant cette guerre en Europe...
Les Polonais, selon mon opinion et selon les observations du Gouvernement général de la Pologne (la partie du territoire de la République de Pologne annexé - mais non incorporé - au Troisième Reich - note de traductrice), sont la seule nation en Europe qui possède également un très grand niveau de l'intelligence et aussi une ingéniosité extraordinaire.
C'est la nation la plus douée parce qu'elle vit toujours dans des conditions difficiles politiquement et pourtant elle possède une grande sagesse qu'aucune autre nation ne possède."
Et probablement, Hitler avait raison parce que l'intelligence est strictement liée à l'humanité et à la fidélité aux axiomes de l’honneur.

Pendant qu'en 1945 les pays européens fêtaient la chute du Troisième Reich, la Pologne tombait sous l'influence de la politique obscure de Staline qui était pire que l'occupation allemande à certains égards.

L'Europe contemporaine est imbue d'un crime politique. La source de cet état se trouve dans la trahison de la Pologne, de la République tchèque et quelques autres pays par ceux qui s'appellent eux-mêmes "les démocraties européennes".
Certains créateurs de Communauté économique européenne, qui précédait l'Union européen, étaient fonctionnaires de l'Allemagne nazi.
Aujourd’hui, on réalise le projet de fausser l'histoire pour bien cacher cette histoire et le passé. On veut prouver fallacieusement que les Polonais sont coupables eux-mêmes de tout ce qu'il leur est arrivés.

"Celui qui contrôle le passé, a le pouvoir sur l'avenir."
Les politiques le savent très bien et ils changent les documents sur l'histoire du monde en suivant ce message orwellien.
Et mes prochains articles parleront de ce changement mensonger de l' historique.



(1) Dans l'histoire de la Pologne on peut facilement retrouver des exemples glorieux de la participation de l'armée polonaise dans des missions étrangères telles que son renfort à Vienne (pendant la bataille de Vienne en 1683) quand les hussards polonais ont sauvé l'Europe occidentale de l'invasion turque.
Il y a aussi eu les événements qui prouvent la naïveté des Polonais. Par exemple, c'était le cas quand les légions polonaises ont participé à l'armée de Napoléon. Ils croyaient que "liberté, égalité, fraternité" leur aideraient à la récupération de l'indépendance par la Pologne. Mais ils ont été cyniquement trompés par Napoléon.
(2) Pendant la Seconde Guerre mondiale il existait l'Organisation de Tom (elle n'as pas été complètement reconnue) qui était dirigée par Hubert Jura alias Herbert Jung.
Cette organisation a été probablement créée par les Allemands et par l'intermédiaire de Hubert Jung. Les soldats des Forces armées nationales de la Pologne étaient manipulés par les Allemands.
Hibert Jung a assassiné les communistes, les soldats de l'armée de l'intérieur de la Pologne (pol. Armia Krajowa) et aussi les commandants des Forces armées nationales qui, après s'être rendu compte de son activité d'espionnage, l'ont condamné à mort.

Traduit: Malgorzata Polak

Foto: Hans Michael Frank (Karlsruhe 23 mai 1900 – Nuremberg 16 octobre 1946). Reichsleiter du parti nazi, ministre du Troisième Reich et gouverneur général en Pologne. Surnommé le « bourreau de la Pologne », il fut condamné à la peine de mort lors du procès de Nuremberg pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Hans Frank poursuit trois objectifs majeurs : l'extermination des Juifs, l'élimination des élites polonaises et le pillage économique du pays au profit de l'industrie allemande Dès 1940, il est responsable de l'assassinat de plusieurs milliers de Polonais. Par ailleurs, il introduit des mesures antijuives, aboutissant, dans une première étape, à la création de ghettos, notamment de celui de Varsovie. Cela lui vaut son surnom de « bourreau de la Pologne ».

Source: Wikipedia.fr
17 maj 2013

Artur £oboda 

  

Komentarze

  

Archiwum

USA uchwalaj¹ ustawê GLOBALNA ŒWIADOMOŒÆ ANTYSEMITYZMU
maj 8, 2004
cywilizowany
Wa³êsa przez przypadek ujawni³ donosy "Bolka"
czerwiec 18, 2008
Micha³ Pietrzak, Bart³omiej Bajerski
Hucznie zapowiadany mia³ byæ nominacj¹ do Oskara, a nakarmiono nas marnej jakoœci krymina³em, jak zwykle.
wrzesieñ 2, 2007
Gregory Akko
Ustruj dla cz³owieka
sierpieñ 27, 2003
"G³os"
Utrata Szacunku Intelektualnego, Politycznego i Moralnego w Iraku
marzec 1, 2005
Iwo Cyprian Pogonowski
"Klerofszyœci w Radio Maryja zagro¿eniem dla Demokracji..."
grudzieñ 12, 2006
Janusz Górzyñski
Nierentownoœæ kopalñ
czerwiec 5, 2003
przes³a³a El¿bieta
Czy skoñczy siê prywata w s¹dach?
sierpieñ 26, 2006
Zdzis³aw Raczkowski
Prawda o nobliœcie
listopad 8, 2006
Aleksander Szumañski
Rz¹d PO-PiS czyli nieudacznicy wracaj¹
padziernik 19, 2003
Adrian Dudkiewicz
Rosja i Chiny popieraj¹ Iran
czerwiec 14, 2005
Iwo Cyprian Pogonowski
Argentyñski cud ekonomiczny
padziernik 27, 2005
Prof. dr Ronald Clement
Aby Kwaœniewsk¹ staæ by³o na charytatywnoœæ, przy wspó³udziale jej mê¿a umieraj¹ ludzie
listopad 30, 2003
http://www.se.pl
Co ³¹czy, co dzieli Majchrowskiego od Kwaœniewskiego
maj 9, 2003
Artur £oboda
Protest przeciwko budowie radaru NATO
maj 26, 2006
MARDUK
Czy poza UE nie ma zbawienia
marzec 31, 2003
ks. Czes³aw Bartnik
AMERYKANIZM
listopad 14, 2007
przes³a³a Goœka
Lucky Larry wants $12.3 billion more for 9/11
czerwiec 19, 2008
£amanie Praw Cz³owieka Pod Okupacj¹ Izraela
wrzesieñ 30, 2006
Iwo Cyprian Pogonowski
Brukselska ho³ota nagle coœ dojrza³a
maj 22, 2008
PAP
 


Kontakt

Fundacja Promocji Kultury
Copyright © 2002 - 2012 Polskie Niezale¿ne Media